Découvrir l’apiculture

Le petit matériel de l’apiculteur

Les ruches les cadres les rehausses les ruchettes

Le matériel d’extraction

Découvrez les métiers du chantier

Préparation, production, menuiserie, boissellerie, couture...

Découvrir les métiers

Les temps de l’apiculture

 

Janvier

Il fait froid, les abeilles sont massées en grappes autour de la reine, cette grappe se déplace sur les cadres pour consommer le miel contenu dans les alvéoles. En principe il n’y a rien à faire au rucher sauf peut-être réduire au minimum le trou de vol pour éviter que les abeilles sortent au premier rayon de soleil

 

Février

Toujours pas question d’ouvrir les ruches, mais on peut agrandir le trou de vol, pour que les abeilles, puissent faire des sortie de propreté. Soupeser les ruches pour savoir si elles contiennent encore suffisamment de nourriture.

Les premières fleurs de noisetier et d’aulnes et les bourgeons de saule apparaissent, il faut surveiller la rentrée de pollens.

 

 

Mars

C’est le début des beaux jours mais encore pas question, d’ouvrir les ruches, la reine a commencé à pondre.

Il ne faudrait pas faire baisser la température de la ruche. Dans certains cas on peut déjà poser les rehausses. Si le temps est très favorable + 20° on peut faire la visite de printemps. Les perce-neige, les crocus, les primevères sont sorties et. Les noisetiers sont en pleine floraison. Les chatons des saules marsault grossissent a vue d’œil. Les premières fleurs de prunelier et d’aubépine commencent à fleurir.

 

Avril

C’est le début des beaux jours mais pas encore question d’ouvrir les ruches, la reine a commencé à. pondre il ne faudrait pas faire baisser la température de la ruche. Dans certains cas on peut déjà poser les rehausses. Si le temps est très favorable + 20° on peut faire la visite de printemps. Les perce-neige, les crocus, les primevères sont sorties et. Les noisetiers sont en pleine floraison. Les chatons des saules marsault grossissent a vue d’œil. Les premières fleurs de prunelier et d’aubépine commencent à fleurir. Surveiller les débuts d’essaimages

 

Mai

Ça y est, c’est vraiment le printemps. Avec le mois de mai, avril est vraiment le mois des fleurs.

Avril et mai sont les mois les plus importants de l’année apicole. Si la visite de printemps n’a pas été faite on inspecte les ruches maintenant L’avenir des ruches dépend de cette période. Que le temps ne soit pas propice à une bonne floraison et les ruches vont avoir du mal à se développer correctement. Au trou de vol, il y a d’incessantes allées-venues d’abeilles les pattes chargées de grosses pelotes de pollen et le jabot plein de nectar des premières fleurs. De nombreuses abeilles d’été sont nées tous les jours depuis quelques semaines et seulement quelques abeilles d’hiver sont encore présentes. Elles disparaîtront totalement durant ce mois. En mai, la population augmente de plusieurs centaines d’abeilles tous les jours. Les arbres fruitiers sont en fleur, ainsi que les jardins, l’acacia commence. Surveiller les essaimages

 

Juin

C’est le mois du solstice d’été, la ponte de la reine est au . maximum ce mois-ci avant de décroître à nouveau le mois prochain. La production bat son plein mettre et surveiller les rehausses

De nombreuses fleurs dans les champs les jardins et les forêts, continuer de guetter l’essaimage. Les premières récoltes notamment celle de colza peuvent être déjà extraites.

 

Juillet

C’est le mois des grandes chaleurs moins de pollen et de nectar la ressource commence à diminuer seul subsiste le châtaignier et quelque fleurs de jardin comme les balsamines La reine diminue sa ponte, les abeilles commencent parfois à entamer leurs ressources. L’apiculteur continuera à récolter le miel. Il conservera quelques cadres pleins pour aider les essaims sans nourriture. Il fait lécher les cadres par les abeilles : après l’extraction du miel il redonne les cadres vides aux abeilles qui récupèrent tout ce qui n’a pu être extrait.

 

Août

La saison apicole va se terminer, restera encore une possibilité d’une récolte de lierre et des dernières

fleurs de jardin. Les premières abeilles d’hiver vont être pondues et la colonie va diminuer à environ 10 000 abeilles qui est la quantité nécessaire pour passer l’hiver dans de bonnes conditions. L’apiculture vérifie que ses ruches sont en état de passer l’hiver, il peut pratiquer la réunion de deux colonies trop faibles qui ne pourraient pas passer l’hiver. Il traite les ruches contre le Varroa.

 

Septembre

C’est la fin de la saison apicole, l’apiculteur doit finir ses . visites d’automne et de traiter ses ruches. Quand le soleil donne encore et que la température est au-dessus de15° les abeilles butinent les dernières fleurs comme les asters. Pour l’apiculteur c’est la dernière limite pour vérifier l’état de ses ruches. Une colonie consomme 100g de miel par jour en hiver donc pour passer les 5 mois de disette il faudra environ 15kg pour que la colonie survive.

 

Octobre

Encore un peu de lierre mais presque plus rien à butiner, les rayons du soleil se font rares, peu de sorties. Mettre la grille dhiver sur le trou de vol, et protéger celui-ci par une tuile, incliner légèrement la ruche vers lavant pour évacuer la condensation et caler la en prévision des grands vents.

 

Novembre

C’est l’hivernage, juste vérifier si les précautions qui ont été .prises demeurent, parfois isoler la ruche en cas de grands froids .Commencer à préparer le matériel pour la saison à venir.

Décembre

C’est l’hivernage, juste vérifier si les précautions qui ont été prises demeurent, parfois isoler la ruche en cas de grands froids. Dégager le trou de vol s’il est obstrué par des feuilles et de la neige Commencer à préparer le matériel pour la saison à venir.

Action de conservation de l'abeille noire

De race très ancienne, l’abeille noire serait arrivée en Europe par le détroit de.Gibraltar. Aujourd’hui, c’est la race la plus populaire en France, avec une diversité biologique remarquable. L’abeille noire est une race très prisée par les apiculteurs, qui lui reconnaissent diverses qualités.

Voir plus

Nous soutenir

Découvrez comment coutenir le projet, plusieurs niveaux d’engagement possibles

Je soutiens le projet

Bretagne

blason